shadow

Rêver - Imaginer - Explorer - Expérimenter - Créer - Incuber - Innover - Délivrer

Pour le FUTUR ?

L’Entreprise X.0, un ORGANISME VIVANT, composé d’êtres humains, qui s’auto-adapte à son environnement et qui engendre sans cesse de nouvelles idées en collaboration ouverte autour desquelles les collaborateurs, les clients et les partenaires se réunissent s’organisent et s’engagent… ?

Pour le futur,… il en est de l’entreprise – organisme vivant – comme de l’être humain.

TRANSFORMATION MANAGÉRIALE et PERSONNELLE ?

L’entreprise doit se reconfigurer rapidement pour s’adapter à son nouveau modèle économique.

La transformation est le processus permettant l’évolution, soit en progression forte, soit radicale, de l’entreprise vers sa cible.

Pour que cette transformation puisse  prendre forme en profondeur et s’inscrire dans la pérennité, il convient de

Une journée avec  un double objectif

  1. identifier et expliciter les concepts pionniers qui concourent à une innovation radicale dans la configuration des activités de l’entreprise, de sa structure managériale et de son système d’information
  2. réaliser un auto-diagnostic assisté à partir d’exemples et de mises en situation choisies en fonction du secteur d’activité de l’entreprise.

Parmi les sujets abordés :

« L’entreprise a deux fonctions essentielles, et deux seulement : le marketing et l’innovation. Le marketing et l’innovation produisent des résultats, le reste n’est que dépenses. »

[Peter Druker]

Peter Ferdinand Drucker est un théoricien américain du management. Il est à l’origine de nombreux concepts utilisés dans le monde de l’entreprise. 19 novembre 1909 – 11 novembre 2005 .

L’innovation est un changement dans la manière de penser.

Rien ne sera plus comme avant !

S’agit-il d’une simple accroche ou plutôt d’un constat très lourd de conséquence ?

Qu’y a t-il réellement de nouveau dans cette expression « rien ne sera plus jamais comme avant« , puisque de tous temps le monde change…

Pourquoi cette expression a pris un sens différent depuis quelque temps ?

Les grandes théories du management ont-elles vécu ? (Article original de Laurence Estival publié sur PourSeFromer reproduit ici dans son intégralité)

Désormais, une multitude de nouveaux concepts revisitent l’organisation et la stratégie de l’entreprise : créativité collective, résilience, responsabilité sociale… Enquête sur les chefs de file influents du moment.

Trente ans après leur heure de gloire, les “papes” de la pensée managériale peinent à trouver des successeurs. Qui pour assurer la relève de ­Peter Drucker, l’un des précurseurs de la planification stratégique et du management par objectif ? Quel théoricien pour succéder à Henry Mintzberg, fondateur de “l’école de la contingence” qui a montré comment les modes d’organisation, en évolution permanente, sont déterminées par l’environnement économique ? Les experts mondialement reconnus pour penser l’entreprise dans sa globalité semblent aujourd’hui manquer à l’appel.

Le temps des gourous serait-il révolu ?

Nous sommes les témoins d’un changement radical du mode de fonctionnement des organisations.

Le management hiérarchique, la centralisation de l’information et des décisions, les organisations verticales et cloisonnées, l’innovation par la R&D, l’irresponsabilité sociétale et environnementale, le saupoudrage du Lean Six Sigma, le cost-killing,,… ont largement atteint leurs limites.

Quelque soit sa place, l’Homme dans l’entreprise a besoin de retrouver du sens de son engagement. Les talents et les compétences ont besoin et envie de s’exprimer sans être soumis au cadre structurant.

Les modèles économiques à réinventer, la réactivité des marchés, et une nouvelle ère d’une plus grande transparence de l’information poussent chaque jour chaque entreprise à rechercher sa performance par une agilité collective durable.

L’entreprise prend juste conscience que son rôle ne se limite pas à délivrer produits et services, mais que sa pérennité réside dans sa capacité d’ Innovation.

La Transformation des entreprises est donc indispensable et inéluctable !

Toutefois, celle-ci ne peut se faire seule. Le monde s’accélère encore alors que nous entrons dans l' »Ère du Co »

Q : Qu’entendez vous par « Ère du « Co » ?

Acceptons nous de regarder les choses en face ? ou ne serions nous pas, tout simplement, en train de jouer à un jeu bien connu ?

  • Le nombre de personnes qui vont bénéficier des Restaurants du Cœur, et d’autres œuvres caritatives sont en nombre croissant chaque année, il est nul besoin de détailler cette situation que les politiciens de tous bords veulent exploiter, vraisemblablement pour leur intérêt propre….
  • Les entreprises accélèrent cette course effrénée au maintien de leurs résultats qui coûte que coûte doit rentrer dans les impératifs des actionnaires, résultats financiers obligent…. et donc elles doivent vendre et donc distribuer et donc produire et donc acheter ou plutôt se procurer de façon économiquement viable et « durable » dans un monde irrémédiablement ouvert et concurrentiel
  • Les états qui se regroupent comme nous en Europe pour faire face à l’avenir, mais qui n’en échappent pas moins à la réalité de la même guerre économique à laquelle se livrent les entreprises, dans leur concurrence avec les pays émergent : ici là Grèce, là l’Irlande, peut être l’Espagne et n’oublions pas la France…

N’avons nous pas tous les éléments sous les yeux ?

Le finlandais Nokia produit huit combinés pour chaque iPhone vendu, mais la branche téléphonie d’Apple dégage un bénéfice plus important que celui de Nokia depuis plusieurs trimestres.

« La bataille des logiciels a été remportée par Google et Apple. Nokia peut soit rejoindre le camp des vainqueurs, soit péricliter… »

Pour rattraper son « retard », Nokia pourrait équiper ses combinés d’Android de Google ou du logiciel Windows Phone de Microsoft.

Mais Stephen Elop (pdg Nokia) a déclaré dernièrement que l’utilisation d’un logiciel extérieur était un choix peu probable.

Shai Agassi (né en 1968) est un entrepreneur israélien, diplômé du Technion, la célèbre université de Haïfa en Israël, il fonda en 1992 la société TopTier Software, dont il assura la direction technique, puis devint Directeur Général, jusqu’au rachat par SAP en 2001.

Au sein de SAP, Agassi assura divers postes à responsabilité, pour prendre en charge la stratégie produits globale de la société, notamment sur les produits SAP NetWeaver, SAP xApps, mySAP et SAP Business One, dont certains prennent leur origine dans les produits développés par TopTier Software.

Suite à un désaccord avec la direction du groupe, Agassi a quitté SAP le 1er avril 2007. Il fonde en octobre 2007 la société Better Place. Cette société, dont il est l’actuel PDG, vise à créer des réseaux de véhicules électriques, en s’appuyant sur un business modèle inspiré de celui des téléphones mobiles.

TOP