shadow

Rêver - Imaginer - Explorer - Expérimenter - Créer - Incuber - Innover - Délivrer

Hier, J’ai participé à la réunion Mensuelle du réseau de consultants de la Fondation Condorcet – présidée par Francis MER, dirigée par Alain DUMONT et animée par Solange BRIET.

La vocation de cette Fondation est de remettre l’Homme au centre du Management dans les Entreprises en vue de 

Une journée avec  un double objectif

  1. identifier et expliciter les concepts pionniers qui concourent à une innovation radicale dans la configuration des activités de l’entreprise, de sa structure managériale et de son système d’information
  2. réaliser un auto-diagnostic assisté à partir d’exemples et de mises en situation choisies en fonction du secteur d’activité de l’entreprise.

Parmi les sujets abordés :

« L’Homme qui aurait l’impression de ne se tromper jamais, se tromperait toujours. »

[Gaston Bachelard]

Gaston Bachelard est un philosophe français des sciences et de la poésie. 27 juin 1884 – 16 octobre 1962.

Épistémologue reconnu, il est l’auteur d’une somme de réflexions liées à la connaissance et à la recherche scientifique.

Rien ne sera plus comme avant !

S’agit-il d’une simple accroche ou plutôt d’un constat très lourd de conséquence ?

Qu’y a t-il réellement de nouveau dans cette expression « rien ne sera plus jamais comme avant« , puisque de tous temps le monde change…

Pourquoi cette expression a pris un sens différent depuis quelque temps ?

Les grandes théories du management ont-elles vécu ? (Article original de Laurence Estival publié sur PourSeFromer reproduit ici dans son intégralité)

Désormais, une multitude de nouveaux concepts revisitent l’organisation et la stratégie de l’entreprise : créativité collective, résilience, responsabilité sociale… Enquête sur les chefs de file influents du moment.

Trente ans après leur heure de gloire, les “papes” de la pensée managériale peinent à trouver des successeurs. Qui pour assurer la relève de ­Peter Drucker, l’un des précurseurs de la planification stratégique et du management par objectif ? Quel théoricien pour succéder à Henry Mintzberg, fondateur de “l’école de la contingence” qui a montré comment les modes d’organisation, en évolution permanente, sont déterminées par l’environnement économique ? Les experts mondialement reconnus pour penser l’entreprise dans sa globalité semblent aujourd’hui manquer à l’appel.

Le temps des gourous serait-il révolu ?

Consciente ou pas de sa situation de survie, les organisations ne devraient-elle pas  se reconfigurer en profondeur pour assurer leur pérennité ? De nombreux freins ne facilitent pas cette transformation….

Dans tous les cas, sa réussite passe essentiellement par l’HUMAIN il il lui faut :

  • INNOVER continuellement afin de cultiver et maintenir son avantage concurrentiel ;
  • COLLABORER en son sein mais aussi COOPÉRER avec les partenaires de sa/ses filières stratégiques et CONVERSER avec son écosystème;
  • TRANSFORMER collectivement pour mobiliser et tirer le meilleur parti de ses ressources pour ce processus de reconfiguration.

Comment s’y prendre pour créer les conditions de sa survie, de son adaptation à son écosystème, de sa pérennité… ?

Les personnes de la Génération Y semble avoir des comportements différents de leurs prédécesseurs.

Mais qu’est-ce que cette génération Y ?

La Génération dite « Y » est celle des personnes nées entre 1976 et 1985. Génération « Why » d’après Eric Chester en raison de leur remise en cause systématique des contraintes qu’on peut leur imposer. En anglais, Y se prononçant Why : Pourquoi ?

La génération précédente, appelée X, est née, elle entre 1959 et 1975. Et celle qui la précède est appelée BB comme Baby Boomer, est celle des personnes nées entre 1943 et 1959. La génération qui suit, la Gen Y est appelée génération C, est celle des personnes nées entre 1986 et 1994.

Quelles sont les caractéristiques de cette génération Y ?

Nous sommes les témoins d’un changement radical du mode de fonctionnement des organisations.

Le management hiérarchique, la centralisation de l’information et des décisions, les organisations verticales et cloisonnées, l’innovation par la R&D, l’irresponsabilité sociétale et environnementale, le saupoudrage du Lean Six Sigma, le cost-killing,,… ont largement atteint leurs limites.

Quelque soit sa place, l’Homme dans l’entreprise a besoin de retrouver du sens de son engagement. Les talents et les compétences ont besoin et envie de s’exprimer sans être soumis au cadre structurant.

Les modèles économiques à réinventer, la réactivité des marchés, et une nouvelle ère d’une plus grande transparence de l’information poussent chaque jour chaque entreprise à rechercher sa performance par une agilité collective durable.

L’entreprise prend juste conscience que son rôle ne se limite pas à délivrer produits et services, mais que sa pérennité réside dans sa capacité d’ Innovation.

La Transformation des entreprises est donc indispensable et inéluctable !

Toutefois, celle-ci ne peut se faire seule. Le monde s’accélère encore alors que nous entrons dans l' »Ère du Co »

Q : Qu’entendez vous par « Ère du « Co » ?

L’ENTREPRISE est soumise à une transformation en profondeur de son environnement :

  • la mondialisation
  • Internet
  • les technologies numériques

Elle est en recherche d’un nouveau modèle économique :

  • L’entreprise occidentale peut-elle perdurer ainsi ?
  • Quelles sont ses alternatives ?
  • Les outils et technologies de l’information et de communication suffiront-t-ils à la transformer ?
  • L’entreprise trouvera-t-elle sa pérennité dans le simple prolongement ou la continuité d’aujourd’hui ?

POURQUOI FAUT-IL RECONFIGURER L’ENTREPRISE ?

Acceptons nous de regarder les choses en face ? ou ne serions nous pas, tout simplement, en train de jouer à un jeu bien connu ?

  • Le nombre de personnes qui vont bénéficier des Restaurants du Cœur, et d’autres œuvres caritatives sont en nombre croissant chaque année, il est nul besoin de détailler cette situation que les politiciens de tous bords veulent exploiter, vraisemblablement pour leur intérêt propre….
  • Les entreprises accélèrent cette course effrénée au maintien de leurs résultats qui coûte que coûte doit rentrer dans les impératifs des actionnaires, résultats financiers obligent…. et donc elles doivent vendre et donc distribuer et donc produire et donc acheter ou plutôt se procurer de façon économiquement viable et « durable » dans un monde irrémédiablement ouvert et concurrentiel
  • Les états qui se regroupent comme nous en Europe pour faire face à l’avenir, mais qui n’en échappent pas moins à la réalité de la même guerre économique à laquelle se livrent les entreprises, dans leur concurrence avec les pays émergent : ici là Grèce, là l’Irlande, peut être l’Espagne et n’oublions pas la France…

N’avons nous pas tous les éléments sous les yeux ?

TOP