shadow

Rêver - Imaginer - Explorer - Expérimenter - Créer - Incuber - Innover - Délivrer

 Guerres Systémiques et Collaboration Stratégiques ? 

« … nos partenariats de longue date avec la République de Corée et ses fabricants de smartphones parmi les plus influents du monde. […] Les accords que nous signons aujourd’hui démontrent notre détermination à continuer à développer les échanges commerciaux, R&D et éducatifs afin d’aider les entreprises coréennes et les diplômés à se développer à l’international.»
[Didier Lamouche] Président-Directeur Général d’OT

 Faire la course en tête et/ou Collaboration Stratégique ?

« Apple Pay change la façon dont vous payez avec une technologie révolutionnaire de paiement sans contact et les caractéristiques de sécurité uniques construits  dans iPhone® 6, Apple Watch™, iPad Air® 2, 3 et iPad mini®. »
[American Express]
« Apple Pay changes how you pay with breakthrough contactless payment technology and unique security features built right into iPhone® 6, Apple Watch, iPad Air® 2, and iPad mini® 3. « 
[American Express]
Source : https://www.americanexpress.com/
Les guerres de Standards poussent-elle à des Alliances stratégiques ?
Doit-on mener la course seul ou s’engager dans des « Strategic Collaborative Innovation » ?
Taggé sur :

L’innovation est-elle individuelle ou collective ?

N’y a-t-il pas des (bonnes) idées de la société civile qui pourraient être appliquées au monde industriel ou ailleurs ?

Comment pourriez-vous exploiter cela au niveau de votre entreprise ?

Dans l’age de la communication, il était de bon ton de livrer une belle image, de se montrer sous la meilleure facette, et si possible « arrangée », en quelque sorte de « paraître », de livrer le message de ce que l’on souhaitait que nos interlocuteurs s’emparent et s’approprie, de les guider dans ce qu’il devaient penser…

Nous le savons tous bien, le cerveau humain interprète, imagine, étiquette, … c’est pour cela que nous soignions notre image en livrant une construction « aseptisée, préparée, ciblée…  »

Au sein des marchés interconnectés, et des employés intraconnectés, les gens se parlent entre eux d’une puissante nouvelle façon.

Ces conversations en réseau permettent à de puissantes nouvelles formes d’organisation sociale et d’échange de connaissance, d’émerger.

Les marchés deviennent plus intelligents, plus informés, plus organisés.

Il n’y a pas de secrets. Les marchés connectés en savent plus que les entreprises sur leurs propres produits. Et que et que ce qu’ils découvrent soit bon ou mauvais, ils le répètent à tout le monde.

Rien ne sera plus comme avant !

S’agit-il d’une simple accroche ou plutôt d’un constat très lourd de conséquence ?

Qu’y a t-il réellement de nouveau dans cette expression « rien ne sera plus jamais comme avant« , puisque de tous temps le monde change…

Pourquoi cette expression a pris un sens différent depuis quelque temps ?

Consciente ou pas de sa situation de survie, les organisations ne devraient-elle pas  se reconfigurer en profondeur pour assurer leur pérennité ? De nombreux freins ne facilitent pas cette transformation….

Dans tous les cas, sa réussite passe essentiellement par l’HUMAIN il il lui faut :

  • INNOVER continuellement afin de cultiver et maintenir son avantage concurrentiel ;
  • COLLABORER en son sein mais aussi COOPÉRER avec les partenaires de sa/ses filières stratégiques et CONVERSER avec son écosystème;
  • TRANSFORMER collectivement pour mobiliser et tirer le meilleur parti de ses ressources pour ce processus de reconfiguration.

Comment s’y prendre pour créer les conditions de sa survie, de son adaptation à son écosystème, de sa pérennité… ?

Les personnes de la Génération Y semble avoir des comportements différents de leurs prédécesseurs.

Mais qu’est-ce que cette génération Y ?

La Génération dite « Y » est celle des personnes nées entre 1976 et 1985. Génération « Why » d’après Eric Chester en raison de leur remise en cause systématique des contraintes qu’on peut leur imposer. En anglais, Y se prononçant Why : Pourquoi ?

La génération précédente, appelée X, est née, elle entre 1959 et 1975. Et celle qui la précède est appelée BB comme Baby Boomer, est celle des personnes nées entre 1943 et 1959. La génération qui suit, la Gen Y est appelée génération C, est celle des personnes nées entre 1986 et 1994.

Quelles sont les caractéristiques de cette génération Y ?

Nous sommes les témoins d’un changement radical du mode de fonctionnement des organisations.

Le management hiérarchique, la centralisation de l’information et des décisions, les organisations verticales et cloisonnées, l’innovation par la R&D, l’irresponsabilité sociétale et environnementale, le saupoudrage du Lean Six Sigma, le cost-killing,,… ont largement atteint leurs limites.

Quelque soit sa place, l’Homme dans l’entreprise a besoin de retrouver du sens de son engagement. Les talents et les compétences ont besoin et envie de s’exprimer sans être soumis au cadre structurant.

Les modèles économiques à réinventer, la réactivité des marchés, et une nouvelle ère d’une plus grande transparence de l’information poussent chaque jour chaque entreprise à rechercher sa performance par une agilité collective durable.

L’entreprise prend juste conscience que son rôle ne se limite pas à délivrer produits et services, mais que sa pérennité réside dans sa capacité d’ Innovation.

La Transformation des entreprises est donc indispensable et inéluctable !

Toutefois, celle-ci ne peut se faire seule. Le monde s’accélère encore alors que nous entrons dans l' »Ère du Co »

Q : Qu’entendez vous par « Ère du « Co » ?

Acceptons nous de regarder les choses en face ? ou ne serions nous pas, tout simplement, en train de jouer à un jeu bien connu ?

  • Le nombre de personnes qui vont bénéficier des Restaurants du Cœur, et d’autres œuvres caritatives sont en nombre croissant chaque année, il est nul besoin de détailler cette situation que les politiciens de tous bords veulent exploiter, vraisemblablement pour leur intérêt propre….
  • Les entreprises accélèrent cette course effrénée au maintien de leurs résultats qui coûte que coûte doit rentrer dans les impératifs des actionnaires, résultats financiers obligent…. et donc elles doivent vendre et donc distribuer et donc produire et donc acheter ou plutôt se procurer de façon économiquement viable et « durable » dans un monde irrémédiablement ouvert et concurrentiel
  • Les états qui se regroupent comme nous en Europe pour faire face à l’avenir, mais qui n’en échappent pas moins à la réalité de la même guerre économique à laquelle se livrent les entreprises, dans leur concurrence avec les pays émergent : ici là Grèce, là l’Irlande, peut être l’Espagne et n’oublions pas la France…

N’avons nous pas tous les éléments sous les yeux ?

TOP