Expérimenter-5 : Favoriser les conflits dans les équipes pour stimuler l’innovation ?

par / mercredi, 12 septembre 2012 / Publié dansExpérimenter

Les conflits dans les équipes stimulent-ils la créativité et l’innovation ?

Le terme conflit est souvent un mot redouté. La plupart des gens associent les conflits interpersonnels avec des affrontements allant de tactiques d’évitement inélégants dans la salle de repos à l’hostilité féroce et ouverte en passant par toutes les techniques de manipulation et d’utilisation de bruits de couloir.

Certes, il parait évident que le conflit dans les équipes nuit à la créativité et à l’innovation. Mais qu’en est-il exactement ? Nous proposons d’explorer cette question et d’identifier quand et si le conflit peut parfois améliorer les compétences des équipes de la pensée créative.

Les conflits sont souvent différenciées en conflits relationnels et conflits de tâches. Les conflits de taches se réfèrent à des désaccords d’opinions, de points de vue et des idées sur la façon dont la tâche du groupe et des activités connexes dans la résolution de la tâche, doit être effectuée. Ainsi, les conflits de taches s’intéresse au travail effectué par l’équipe, plutôt qu’aux individus de l’équipe. Toutefois, lorsque le mot conflit est mentionné, la plupart des personnes pensent souvent à des conflits relationnels. Ce type de conflit se réfère à des désaccords et des conflits interpersonnels.

Les conflits relationnels consomment une énorme quantité d’énergie mentale et les personnes impliquées dans ce genre de conflit éprouvent typiquement des émotions négatives comme le stress, la frustration, la peur et la colère.

Les deux types de conflits et la pensée créative

  • Bien que peut-être contre-intuitive, les conflits de tâches sont parfois incités pour déclencher de la créativité et de l’innovation d’équipe en raison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, le conflit oblige l’équipe à rechercher et échanger davantage d’informations concernant principal problème du conflit. Deuxièmement, lorsque des conflits de tâche sont présents, les membres de l’équipe sont invités à expliquer leurs différences de points de vue, qui peut ne pas se produire autrement. Troisièmement, les conflits tâches peuvent forcer l’équipe de renégocier les objectifs et à faire mieux comprendre les problèmes, ce qui a été lié à des solutions meilleures et plus originales dans les études expérimentales (par exemple, Redmond, Mumford & Teach, 1993). Ainsi, les conflits de tâches remet en question le statu quo – la voie tracée de faire les choses – ce qui peut déclencher des solutions créatives pour résoudre les problèmes et atteindre les objectifs (Hülsheger et al, 2009; Shalley & Gilson, 2004.).
  • Le conflit relationnel, d’autre part est considéré comme ayant un impact négatif sur la créativité et l’innovation (Hülsheger et al., 2009). Ce type de conflit est considéré comme facteur réduisant la plage d’attention et produisant une pensée rigide. Lorsque le conflit relationnel est élevé dans une équipe, le fonctionnement de base telles que l’échange d’information et l’écoute des idées des autres sont entravées, réduisant ainsi efficacement les capacités de réflexion création et d’innovation.

Conseil pour les Managers :  modérez les conflits !

Cependant, les résultats empiriques sur les conflits de tâches et relationnels sur l’innovation sont mitigés. Hülsheger et al. (2009) ont analysé les résultats de 21 études sur ces relations et ne pouvait pas montrer de façon convaincante que soit le type de conflit est lié à l’innovation équipe parce que les relations dans les études étaient à la fois positives et négatives.

Ayant à l’esprit ces résultats mitigés sur les conflits et l’innovation, certains chercheurs proposent qu’il y ait au contraire une relation curvilinéaire entre les conflits de tâches et d’innovation. Le potentiel de résultats novateurs est à son maximum lorsque le niveau de conflit tâches est modéré (Anderson, De Dreu et Nijstad, 2004; Hemlin, Martin & Allwood, 2008).

Le raisonnement que

  • si les conflits de tâches sont trop faibles, ils ne susciteront pas les échanges de points de vue et d’informations, et n’inviteront pas plus les membres de l’équipe à examiner et à donner un sens aux buts et objectifs. Dans les travaux novateurs, ceci est particulièrement important parce que les objectifs et les problèmes d’accompagnement sont souvent nouveaux et peuvent être résolues de plusieurs façons différentes (Reiter-Palmon & Ilies, 2004).
  • D’autre part, si les conflits de tâches et communication sont trop élevés, ils peuvent s’effondrer, effectivement étouffant l’échange d’informations, de connaissances, d’idées et de perspectives. Ce sont des facteurs qui sont tous liés à la performance de créativité et d’innovation (Mumford, Scott, Gaddis, et Strange, 2002).

Ainsi, les managers et dirigeants feraient bien de favoriser un faible degré de désaccords relatifs aux conflits de tâches (1), comment l’équipe devrait atteindre ses objectifs, tout en conservant un degré de conflit relationnel faible.

Source : Traduction d’un article de Leif Denti (2) du blog Innovation Management

(1) Favoriser la cohésion de vos équipes pour favoriser l’Innovation et la Créativité
Voir Séminaire de Cohésion

(2) Leif Denti poursuit son doctorat de psychologie à l’Université de Göteborg, Département de psychologie. Son sujet de recherche principale est de savoir comment les chefs de projet peuvent  stimuler la créativité et l’innovation dans leurs équipes de projet. Leif Denti est également impliqué dans un projet de recherche à la of Business School de Göteborg. Leif Denti est titulaire d’une licence en psychologie à l’Université de Göteborg.

TOP