Doit-on remettre l’humain au cœur de l’entreprise ?

Oui, certainement qu’il convient de remettre l’homme au centre de l’entreprise, mais il ne suffit probablement pas de le clamer de façon incantatoire !

J’ai repris, intégralement ci-dessous un excellent billet de Vincent Berthelot , tiré de son blog : http://networkedblogs.com/Article de Vincent Berthelot du 15 juin 2011   auquel j’ai apporté quelques compléments  personnels.

Il faut remettre l’humain au cœur de l’entreprise !

J’ai entendu cette phrase comme un leitmotiv durant la conférence des Responsables de communication interne la semaine dernière. L’humain doit être remis au centre de l’entreprise, le plus important c’est l’humain, le bien-être de nos salariés est capital… Autant de déclarations touchantes mais qui ne peuvent qu’inquiéter sur ce mouvement de balancier.

En effet si « il faut » remettre l’humain dans l’entreprise mais où donc était-il parti ?

Dans les colonnes du bilan financier plus que du bilan social, considéré comme un coût et donc qu’il convient de réduire. L’externalisation d’activités, la sous-traitance ont mis en effet pas mal de salariés en dehors de l’entreprise. Les RH ont commencé à être sollicité quand le corps social à montré des signes d’épuisement au stress face à ce type d’organisation qui est basée sur la réorganisation perpétuelle, l’individualisation, les process normés, les indicateurs rois (les fameux KPI). Lutte contre le stress, bien-être au travail (IBET comme dirait son promoteur VW) et…réseau social sont alors apparus dans les panoplies pouvant diminuer ces impacts négatifs. Renouer le lien social, redécouvrir que l’on a des collègues et pas seulement des adversaires ou des concurrents, sentir que l’on fait partie d’un collectif autant de façon de remettre du lien social dans l’entreprise. Mais si vous lisez les articles de conseil web social vous savez que les démarches avec les médias sociaux doivent se baser sur un « minimum » de transparence pour avoir une chance de créer de la performance.

Les différentes interventions me laissent songeur quant au respect de cette règle. Ainsi j’ai pu entendre à quelques jours d’intervalle des représentants d’une même entreprise tenir un discours radicalement opposé. L’un prônant une ouverture du réseau social à des échanges non professionnels pour remplir la promesse du lien social et ne pas rester dans l’instrumentalisation plus ou moins bien déguisée l’autre considérant du point de vue de la sécurité les employés comme des ennemis de l’intérieur. « Tout est confidentiel » voilà le credo de l’un alors que l’autre nous explique que l’on a beaucoup, à gagner pour l’entreprise comme pour les salariés à partager ! Dans une autre entreprise on demande de partager dans le tout nouveau réseau les bonnes pratiques, les compétences tout en restant sur des critères de progression de carrière individuels… Une autre considère que la plus grande avancée pour le réseau social d’entreprise ou l’intranet 2.0 c’est le web sémantique avec une formidable débauche de services innovants mais une impression de toute puissance du logiciel sur l’humain. Nous ne sommes pas loin de l’injonction paradoxale ou double contrainte de l’école Palo Alto qui conduit droit à la Schizophrénie. Aucun exemple n’a abordé comment on peut parler de réseau social, remettre l’humain au centre de l’entreprise sans se soucier de l’état actuel des relations sociales, de la tentation de radicalisation des organisations syndicales en perte de vitesse quant à leur représentativité et influence voire de certains mouvements spontanés de non syndiqués. Le réseau social n’a rien de magique et il ne produira pas de valeur si on le contraint par des chartes barbelées, si on ne traite pas des questions sous-jacentes comme la place des organisations syndicales sur ces espaces, la reconnaissance des salariés qui investissent du temps et du talent pour produire de la valeur pour l’entreprise, les limites de l’expression personnelle en entreprise dans le cadre d’un lien de subordination… Les réponses dépendent de chaque entreprise, contexte, culture, enjeux mais elles sont le ciment d’un réseau social puissant et à même de modifier des comportements en profondeur pour gagner en performance.

L’engagement des salariés est à ce prix.

Source : Vincent Berthelothttp://www.conseilwebsocial.com/index.php/2011/remettre-l%e2%80%99humain-au-coeur-de-l%e2%80%99entreprise/#ixzz1QE2y2m2t

Évidemment que les Transformations d’Entreprises passent par l’Humain !

Bravo Vincent pour ce billet de qualité. Il est plein de vérités et donne tout son sens à mon action.

Écoutons et surtout pratiquons ce que les sages  nous ont déjà enseigné depuis plusieurs siècles. Lire mes « Éveils de conscience du matin » sur  http://www.ThierryLeScoul.com/

Pour n’en citer que quelques uns… :

  • « Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde » [Mahatma Gandhi]
  • « Commencez à changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous. » [Mahatma Gandhi]
  • « L’homme regarde sans voir, écoute sans entendre, touche sans sentir, mange sans goûter, se déplace sans le ressentir, respire sans avoir conscience des odeurs ou des parfums et parle sans réfléchir. » [Léonard de Vinci]
  • « Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. » [Bouddha]
  • « Nos perceptions étant modelées en fonction de nos processus de pensée, il nous est très difficile de découvrir ce qui est évident, simplement parce que nos anciennes tournures de pensée bloquent notre capacité de voir ce qui est vieux d’un œil neuf. » [Gottfried Wilhelm Leibniz]
  • ….

Mais comment s’y prendre ?

Après être intervenu en position de Consultant, dans des Grandes Enterprises (Dassault, L’Oréal, Pierre & Vacances,…) ainsi qu’en PME , pour les transformer ou simplement améliorer leurs performances opérationnelles, j’ai fini à leur demande ou par posture naturelle par « coacher » mes clients, et cela a porté ses fruits par de biens meilleurs résultats.

En effet changer le Chef et vous changez toute la Direction, la Division, l’Entreprise…

Aujourd’hui fort d’une expérience en contextes très différents, après avoir réalisé par exemple du Team Building auprès de centaines de cadres pour que l’ensemble de l’organisme bascule avec succès dans un nouveau registre, j’ai acquis la conviction,  que la mise en place d’outils de type réseaux sociaux d’entreprise,… en vue de la transformation de l’entreprise, ne peut aboutir et perdurer de façon efficace sans une transformation profonde de la manière de Manager et donc de Gouverner l’entreprise . Ce changement radical, ne peut devenir effectif qu’après un changement de posture et de vision de l’ensemble des Membres d’un Comité de Direction pérenne.

Oui, remettons l’Humain au centre de l’entreprise et pour cela, il doit tout d’abord être remis à sa tête, auprès de dirigeants qui ont peu de temps, qui sont plus enclins aux chiffres et à l’atteinte de résultats à court terme qu’à autre chose. Voila le grand défi que relève Transformation & Innovation.

Et c’est bien l’objet de notre offre d’enclenchement : « Aware_UP »

Thierry Le Scoul – Transforming Coach

TOP