Infantilisation de l’Ecologie ?

par / mardi, 22 février 2011 / Publié dansDEPLOYER, Exercer sa Responsabilité Sociale, Iegor Gran, Ouvrages

Après des remarques de mes étudiants lors de mes jeux pédagogiques sur l’utilisation de papier qui n’était pas « recyclé »… j’ai été pris de cours pour leur expliquer la différence entre les « petits gestes qui donnent bonne conscience » et les réels actes efficaces car à fort enjeux.

Et puis, il l’a fait ! Iegor Gran a rédigé l’ouvrage que j’aurais aimé écrire !

Adultes, réveillons-nous !
Après la « bonne conscience » la conscience n’est pas interdite !

Présentation de l’éditeur

Il semble qu’aujourd’hui le développement durable soit la seule idéologie qu’il nous reste. De facture relativement récente, on la retrouve cependant partout, tout le temps. Elle accommode l’école, bien sûr, mais aussi le travail, le supermarché, la politique… Le Pape même s’y est mis. Sujet incontournable, consensuel ou presque…

Iégor Gran a voulu comprendre. Était-il le seul à sentir le grotesque des discours moralisateurs, l’insupportable opportunisme marchand des uns et des autres, le culte du déchet, et cette curieuse manière d’idolâtrer la science – quand elle prédit l’avenir – tout en la rejetant quand elle est moteur de progrès ?… Comment font les français, ce peuple frondeur (au moins en paroles, sinon dans les actes), pour accepter ce culte du geste symbolique, cette immodération vers le bien pratiquée à dose homéopathique et imposée à tout le monde ?

Le plus terrible dans ce déferlement de bonne conscience, c’est que l’on nous invite à ne plus penser. À mettre un sérieux bémol à la culture et à la civilisation au nom d’un danger imminent. Et comme le développement durable est une idéologie transversale, il permet d’aborder les sujets aussi variés (et passionnés) que les limites de la science, l’opportunisme politique, l’économie de marché, les rapports Nord-Sud, l’avenir de la civilisation, le rapport aux croyances, le rôle de la culture, etc. Iégor Gran ne s’en est évidemment pas privé, concevant son livre comme un arbre de Noël : sur le tronc central de la discussion de fond, il a accroché des notes de bas de page où il explore certains abysses de la bêtise humaine tout en faisant avancer le récit. Car il s’agit d’un récit tout autant qu’un essai, d’une autofiction tout autant qu’un roman.

Feuilleter l’ouvrage

http://feuilleteur.epagine.fr/Main.php?Gencod=9782818013342

 

Taggé sur :
TOP